Outils de ressources

Billet de blogue

Description

Gestion financière

  • Comment préparer des prévisions financières pour votre PME ?

    Auteur: Louis-David Malo
    Date de publication: 25 janvier 2018

    [Lire la suite]

    Nous voici en décembre, déjà ! Je n’insisterai jamais assez pour que mes clients effectuent une planification stratégique avant de débuter l’année. Cette réflexion stratégique nécessite de préparer des prévisions financières rigoureuses. Pour commencer 2018 du bon pied, je vous propose un petit guide pour vous aider.

    Pourquoi les prévisions financières sont-elles importantes ?

    L’exercice des prévisions financières permet aux dirigeants d’entreprises de déterminer l’affectation des liquidités de l’entreprise aux différents postes de dépenses en fonction des objectifs qu’ils ont fixés. Cette planification permet aux chefs d’entreprises de mieux contrôler leurs marges brutes tout en voyant venir les moments cruciaux de l’année et ainsi être proactifs lorsqu’une tempête survient.

    En outre, les prévisions financières peuvent mettre en lumière des enjeux ou des opportunités dans l’entreprise, tels que d’identifier les sources d’efficacités et de destruction de la valeur. En réduisant les sources de destruction de valeur, comme les goulots d’étranglements dans un processus de fabrication, et en maximisant celles qui sont efficaces, les résultats financiers peuvent devenir très intéressants !

    Toutefois, effectuer des prévisions budgétaires exigent une grande rigueur et une discipline de fer pour suivre les résultats. On me dit souvent que le manque de temps fait rouiller rapidement la discipline ; c’est une erreur qui pourrait mettre une entreprise en situation de rattrapage et non de proactivité.

    Les étapes des prévisions financières

    1. Définir des objectifs

    Toute planification débute par une réflexion stratégique : quelle est la situation actuelle ? Quel est l’écart entre la situation actuelle et celle souhaitée ? Que faut-il faire pour réduire cet écart ? Ces questions découlent de la fixation d’objectifs raisonnables et mesurables dans le temps, auxquels on greffe des indicateurs de performance.

    1. Évaluer les dépenses et le prix de revient

    Il convient ensuite d’évaluer les dépenses de l’entreprise. Examinez l’historique des dépenses de votre entreprise et établissez le rythme de leur croissance cette année. Augmenterez-vous le salaire horaire des employés ? En embaucherez-vous ? Le loyer augmentera-t-il ? Quels seront les coûts des investissements ?

    Ensuite, établissez votre prix de revient. Pour un chef d’entreprise, connaître le prix de revient de la fabrication d’un produit ou de la prestation d’un service constitue une information des plus stratégiques.  C’est un MUST. Un comptable professionnel agréé (CPA) est en mesure de l’établir avec vous. Ainsi, vous aurez un outil de plus pour contrôler vos coûts, mais aussi pour fixer le prix de vente.

    1. Évaluer le prix de vente dans le marché et établir le prix

    Le prix demandé pour les produits ou les services est-il supérieur, égal ou inférieur à celui de la compétition ? Les consommateurs sont-ils sensibles à une variation du prix ?

    Il arrive souvent qu’un entrepreneur doive modifier la politique de prix de son entreprise pour s’ajuster à un changement dans le marché. Les conseils d’un expert en marketing peuvent être très utiles ici pour sonder la sensibilité des consommateurs à un changement de prix ainsi que pour qualifier les segments de clients les plus prometteurs.

    Dans le cas où il est nécessaire de réduire le prix de vente pour demeurer compétitif, il est nécessaire de réviser le processus de fabrication ou de prestation des services afin de trouver une façon de minimiser l’impact sur la marge brute. Ici, la connaissance du prix de revient est cruciale afin de maximiser les profits par vente (et éviter de faire des pertes).

    1. Estimer les revenus mensuels

    Il s’agit ici d’estimer la production des unités de biens ou de services et de les multiplier par le prix de vente. Il vaut toujours mieux faire preuve de retenue plutôt que d’un enthousiasme débordant dans les prévisions des ventes. Pour y arriver objectivement, consultez l’historique des ventes mensuelles de l’entreprise. Si elles sont constantes d’une année à l’autre pour les mêmes périodes, les données de l’historique peuvent donner une bonne estimation des ventes à venir.  Le carnet de commandes en cours constitue également une bonne source d’information pour estimer les revenus.

    1. Modéliser les informations dans un budget

    Vous avez estimé les revenus de votre entreprise, vous connaissez les dépenses et vous avez déterminé vos objectifs. Il vous reste maintenant à entrer ces informations dans une feuille de calcul ou dans un logiciel. Généralement, je recommande de faire cet exercice avec l’expert en qui vous avez confiance. Il sera en mesure de vous indiquer en même temps les enjeux de la prise de décision, ce qui vous permettra de prendre une décision éclairée.

    Sinon, il existe de nombreux modèles de feuilles de calcul en ligne en format Excel ou Google Docs qui pourraient vous aider à modéliser les prévisions financières.

    Pour conclure, il y a 3 clés qu’un entrepreneur doit surveiller de près chaque mois : les ventes, les coûts et les profits. Quel est l’écart en fonction des prévisions ? Un écart négatif met nécessairement de la pression sur l’entreprise. Devrez-vous diminuer vos prix de vente pour générer du volume ? Si vous connaissez le prix de revient et toutes les informations stratégiques, vous pourrez prendre une décision rapidement et réduire les dommages sur la performance de l’entreprise. Sans planification, serez-vous prêt à affronter la tempête ?

Gestion des PME

  • Le grand défi du leg familiale

    Auteur: Danika Bourgeois-Desnoyers
    Date de publication: 25 janvier 2018

    [Lire la suite]

    Mes grands-parents étaient en affaires depuis le début de mon existence et ont officiellement passé le flambeau 5 ans passés à mes parents.  Il est important de comprendre ici, le fait que mes parents ont, en grande partie de leur carrière, travaillé au sein de cette même entreprise familiale.  C’est alors en début de mes trentaines que je me questionne parfois sur l’avenir de notre entreprise familiale.  Même si je n’ai jamais directement travaillé dans les opérations quotidiennes de l’entreprise, c’est avec mon expérience professionnelle comme intrapreneure agrée, que je me permets de partager quelques réflexions à l’égard du leg familial.

    L’entrepreneur actuel est un baby-boomer

    L’entrepreneur canadien a généralement 50 ans et +. Il est depuis 3-4 ans en grande réflexion décisionnelle pour l’avenir de son entreprise. Fermer son entreprise ou la poursuivre en trouvant une relève ? Voilà une question que plusieurs se posent en ce moment. Notons que dans les 10 prochaines années, 70% des entreprises vont changer de mains, soit environ 100 000 entreprises. Parmi elles, le tiers seulement vont réussir ce transfert. Notons également que 50,9% des cédants potentiels de 50 et + n’ont aucun plan de transfert de direction formel ou informel. En effet, la plupart des entrepreneurs décident de fermer leur entreprise, entre autres, par manque de relève, manque d’énergie et par méconnaissance sur les possibilités qui leur sont offertes.

    Il existe différentes possibilités de transferts d’entreprises

    Le transfert peut se faire dans la famille. Par exemple un parent peut céder ou vendre son entreprise à son enfant qui est présent dans l’entreprise. Le transfert peut aussi être fait à un employé à l’interne de l’entreprise qui a su prouver ses capacités et gagner la confiance de plusieurs personnes dans l’entreprise. Le transfert peut également être mixte, c’est-à-dire un membre de la famille et un employé ou une personne externe peuvent acquérir ou poursuivre l’entreprise.  Enfin, il y a aussi la possibilité que ce soit seulement une personne externe qui reprenne l’entreprise. Cette personne extérieure qui fait l’acquisition de l’entreprise n’est ni de la famille ou employé de l’entreprise.

    Pour en revenir avec mon père, la possibilité qui m’a le plus rejointe est le transfert mixte. Je me vois, par exemple, accompagner mon père pendant plusieurs années afin d’innover dans son secteur d’activité, mais pas nécessairement dans la gestion de son entreprise.

    Pour en revenir à ma situation familiale, la possibilité qui m’est le plus attrayant est le transfert mixte.  Je me vois par exemple, accompagner ma sœur qui est innovatrice et connaissante dans l’opération de ce secteur d’activité, et de m’occuper de la gestion de l’entreprise.

    Les sentiments et les émotions doivent être mis de côté

    Le transfert d’entreprise n’est pas évident pour un cédant. Trop souvent, les cédants confondent leurs désirs personnels avec les besoins de l’entreprise. Ils peuvent vouloir qu’un successeur éventuel prenne la tête de l’entreprise, sauf que le candidat ne veut ou ne peut pas le faire. Parfois, il faut un nouveau propriétaire pour apporter une vision nouvelle et donner un nouveau souffle au leadership. Il est toutefois prouvé qu’il y a plus de chances de réussite lorsque les sentiments et les émotions sont mis de côté.

    Avoir vécu de l’extérieur, l’expérience de mes parents avec mes grands-parents, ce sont de discussions qui ne sont pas toujours faciles.  Je peux aussi m’imaginer que ce ne sera pas plus facile lors du prochain transfert de l’entreprise.  On doit trouver les bons moments pour en parler et contrôler les émotions.  Les nouvelles générations ont toujours plusieurs nouvelles idées pour innover, mais il faut comprendre que c’est un processus et les actionnaires présents sont encore responsables.

    Le transfert d’entreprise est un long processus

    Le transfert d’une entreprise demande d’être bien planifié et de s’y préparer pour obtenir de bons résultats. On peut investir 5 à 10 ans dans la préparation à ce transfert.  Il est important d’y penser le plus tôt possible et de voir à inclure une stratégie de sortie dès le début.

    Malheureusement, les statistiques démontrent que la majorité des cédants qui espèrent faire le transfert de leur entreprise à un autre membre de la famille, comparativement à un transfert externe, n’ont pas mis sur place un plan financier pour leur succession, en espérant réaliser des économies.

    Le cédant doit savoir s’adapter et avoir confiance

    Le transfert d’entreprise doit se faire progressivement. Il peut être tout un choc pour certains. Lors d’un transfert à une génération qui suit le cédant, le cédant doit savoir s’adapter aux nombreux changements et avoir confiance en le ou les repreneurs. Il doit accepter que son entreprise soit revue et que plusieurs changements puissent être nécessaires pour faire avancer l’entreprise selon la vision du nouvel acquéreur. Un «ménage» dans les ressources humaines peut être envisagé et nécessaire. Le cédant doit aussi accepter d’être obligé de se retirer complètement pour permettre au preneur d’avancer dans la direction qu’il aura choisie.  Le transfert demande aussi beaucoup de communication et de leadership. Le cédant doit, entre autres, ne pas agir comme un chef d’orchestre.

    Il est primordial que le cédant, bien qu’il puisse donner de bons conseils, n’agisse pas en tant que mentor, car il est trop impliqué financièrement et émotionnellement.

    Pour faciliter le transfert d’entreprise, s’entourer d’un mentor ou faire appel à un consultant peut s’avérer une très bonne idée

    Une façon courante d’amorcer la communication consiste à mettre sur pied un conseil consultatif, qui pourra jouer un rôle plus ou moins officiel de médiateur.  En faisant appel à un mentor, le cédant peut discuter avec lui de ses peurs et craintes lors d’un transfert familial, par exemple. Il pourrait éviter certaines disputes durant le processus de transfert qui ne ferait que ralentir ou nuire à la transaction. En faisant appel à un consultant externe, le cédant peut évaluer son type de personnalité et celui de son ou ses repreneurs. À mon avis, c’est une façon de bien préparer la relève en fonction de ses forces et faiblesses autant bien pour le cédant que le repreneur.

Gestion des ressources humaines

  • 2 astuces pour stimuler la mobilisation de vos équipes

    Auteur: Groupe Humaprise
    Date de publication: 25 janvier 2018

    [Lire la suite]

    En affaires, la productivité est l’affaires de tous. Dans certains cas, même si nous cherchons à bien faire, nos actions sont contraires à nos intentions et au lieu d’accroître la productivité, nous alimentons la pression interne. Dans ce blogue, nous retrouvons deux manières de faire qui stimule la productivité en interne. En premier, nous retrouvons la délégation de processus et non la délégation de tâche et en second les communications efficaces pour stimuler la productivité et non stimuler les peurs.

    • Déléguer une tâche c’est bien mais déléguer un processus c’est productif

    Tout gestionnaire sait que pour accroître sa productivité, il doit apprendre à déléguer. Le mot déléguer provient du latin qui veut dire confier. Toutefois, il s’agit de bien plus que de confier une tâche. Déléguer une tâche revient à confier à un subalterne une tâche. Une fois cette tâche réalisée, cette personne reviens nous voir pour une autre tâche.

    Cette manière de faire entraîne une relation de codépendance entre deux personnes où une personne devient l’extension de l’autre et lorsque l’autre est en vacances, l’autre ne travaille pas également. Ce qui est à l’antithèse de la productivité. Afin d’accroître la productivité des deux personnes, c’est le processus qui devrait être délégué. Prenons à titre d’exemple un plan d’intégration d’un nouvel employé dans l’entreprise. Ce plan peut être déléguer car le gestionnaire principal n’est pas nécessairement obligé de s’occuper de toutes les tâches pour l’accueil d’un commis à la réception.

    Plan d’intégration d’un nouvel employé :

    1) Accueillir l’employé et lui présenter son poste ou son lieu de travail
    2) Fiche de l’employé à faire remplir
    3) Description de tâches, contrat de travail et manuel de l’employé à donner
    4)  Mission de l’entreprise, planification stratégique et organigramme à faire lire
    5) Clés, cartes d’accès ou outils de travail à remettre
    6) Présenter le nouvel employé à ses collègues et son superviseur
    7) Tâches pour la première journée
    8) Planifier la formation technique et le suivi qui sera offert
    9) Identifier la personne ressource pour répondre à ses questions
    10) Trouver un binôme ou faites du parrainage
    11) Débuter l’entraînement pour le nouveau poste

    Le processus étant délégué, le gestionnaire peut vaguer à d’autres occupations pendant que son adjoint s’occupe de l’intégration du nouveau commis. Cette délégation peut s’échelonner sur plusieurs jours voire des semaines. Un suivi périodique permettra de connaître l’avancement des deux comparses et pouvoir intervenir si nécessaire.

    • Les mots et les émotions comme facteur de mobilisation d’une équipe

    Échéancier ; Client important ; Gros contrat ; Problèmes ; Fatigue ; Et bien d’autres.

    Ce sont là des mots qui ont une connotation négative ou qui apporte un stress supplémentaire. Les utiliser lorsque l’on s’adresse à nos équipes démontre que nous avons un stress et que nous ne sommes pas en plein contrôle de la situation ou submerger par le doute. Ceci fait surgir de l’énergie négative et entraîne un climat de méfiance.

    Le gestionnaire transmettra un message tel que : « Nous avons obtenu un gros contrat avec un client important. Je ne veux pas de problème sur les chantiers. Nous avons un échéancier serré alors garder vos forces et ça va bien aller ».

    Il n’y a pas lieu de qualifier de « gros contrat » ou « client important ». D’abord parce que c’est ce que vous faites et vous le faites bien. Ensuite, tous les clients sont important peu importe la grosseur du contrat. Finalement, que le contrat soit gros ou petit, c’est votre travail alors il n’y a pas lieu de stresser sur la valeur du contrat. Un tel discours entraîne déjà de la fatigue et les employés n’ont pas le goût de l’attaquer.

    Plan d’action ; Client fidèle ; Contrat lucratif ; Défis ; Confiance ; Travail bien fait ; Et bien d’autres.

    Ce sont là des mots qui entraîne un climat de confiance. Les employés n’ont qu’à faire leur travail et il n’a aucune charge émotive négative en surplus.

    Le gestionnaire tiendra un discours du genre : « Un de nos clients fidèle nous fait confiance de nouveau pour une nouvelle installation. Il a été bien servi dans le passé et accepte nos conditions contractuelles ce qui en fait un contrat lucratif. Le plan d’action a été réalisé pour respecter les dates de livraison. Il y aura des petits défis dans ce parcours, c’est certain, par contre laisser parler votre talent et le travail sera bien fait. »

    Ce genre de discours favorise la mobilisation. Les employés sont motivés et sentent que tout est sous contrôle. Le résultat : ils ont confiance.

    En conclusion, porter une attention particulière aux mots utilisés lors de vos communications avec les employés. Évitez d’utiliser des qualificatifs comme : gros, important, serrés, et bien d’autres car ces mots ont une connotation négative et stimule une énergie négative. En revanche, parlez de confiance, fidèle, lucratif, heureux, talent, et bien d’autres mots qui stimule l’énergie positive et par le fait même entraîne une plus grande productivité.

    Vous pouvez vous inscrire gratuitement à l’infolettre  du GroupeHumaprise afin de recevoir un conseil pratique de gestion tous les mardis matins.

Leadership au sein d’une PME

  • 10 citations inspirantes pour les créateurs d’entreprises

    Auteur: Kiwili
    Date de publication: 25 janvier 2018

    [Lire la suite]

    Que l’on soit entrepreneur, gérant d’entreprise, directeur, artiste, créateur ou bien tout autre métier, nous avons tous, un point en commun : l’envie de réussir. Nous avons donc sélectionné pour vous motiver plusieurs citations de personnages célèbres : dirigeants d’entreprises, entrepreneurs, artistes, sportifs, écrivains, scientifiques…

    • Citation de Peter Drucker

    «Le meilleur moyen de prévoir le futur, c’est de le créer »

    • Citation de Mahatma Gandhi

    « Chaque bonne réalisation, grande ou petite, connait ses périodes de corvées et de triomphes; un début, un combat et une victoire »

    • Citation de Albert Einstein

    « N’essayez pas d’être un homme de succès, mais plutôt un homme de valeur »

    • Citation de Zig Ziglar

    « La pensée positive vous permettra de tout faire d’une meilleure façon que la pensée négative »

    • Citation de Mark Twain

    « A chaque fois que vous vous retrouvez du même côté que la majorité, il est temps de prendre du recul, et de réfléchir »

    • Citation de T.S. Eliot

    « Seulement ceux qui prendront le risque d’aller trop loin découvriront jusqu’où on peut aller »

    • Citation de Gustave Flaubert

    « Le succès est une conséquence et non un but »

    • Citation de Michael Jordan

    « Méritez votre statut de leader chaque jour »

    • Citation de Bill Gates

    « La meilleure des publicités, est un client satisfait »

    • Citation de Pablo Picasso

    « Les autres parlent, moi je travaille »

Marketing

  • Les secrets pour créer et optimiser sa page Linkedin pour entrepreneur

    Auteur: Kiwili
    Date de publication: 25 janvier 2018

    [Lire la suite]

    Les réseaux sociaux prennent une place de plus en plus importante dans le monde professionnel et Linkedin s’affirme comme le réseau professionnel le plus influent. Linkedin a été crée en 2003, le leader du réseau social professionnel compte en 2017 pas moins de 467 millions de membres dans le monde, dont 10 millions en France, près de 10 millions au Canada et 3 millions de pages entreprises.

    Vous n’êtes toujours pas inscrit sur Linkedin ? Nous allons vous dire ce qu’il faut faire et ne pas faire lorsque vous décidez de créer une page Linkedin.

    Pourquoi se créer une page Linkedin ?

    Tout d’abord quand vous faites affaire avec un client, un fournisseur ou si vous recherchez un emploi, l’une des premières choses que votre futur interlocuteur fera c’est : obtenir des informations vous concernant ! Vous êtes le propre modérateur de votre profil professionnel, vous êtes entrepreneur, vous savez vendre, mais ce que vous devrez vendre toute votre vie, c’est vous ! De plus, avoir un profil Linkedin, c’est se créer un réseau professionnel qui vous permet d’ajouter vos contacts créés notamment lors des 5 à 7 dans vos relations par la suite.

    Linkedin c’est le parfait moyen pour donner des informations plus précises vous concernant, contrairement à un CV papier classique. Vous pouvez parler de vos projets, les causes qui vous importent, affichez les entreprises que vous affectionnez, etc. Bref, cela ne peut être que bénéfique pour vous !

    Comment avoir la meilleure page Linkedin ?

    Certes l’inscription est une chose, mais pour vous différencier ou plutôt vous faire remarquer et ainsi obtenir un réseau plus dense, l’optimisation de votre profil est très importante. Nous vous donnons quelques astuces pour cela.

    1. Écrivez un titre pertinent

    C’est ce qui doit accrocher le regard de la personne qui consulte votre profil. Ne dites jamais que vous êtes disponible ou en recherche de tel ou tel poste. Vous devez démontrer quelles sont les compétences que vous êtes prêt à offrir à une entreprise ou quels conseils et services vous êtes aptes à offrir à vos potentiels clients. Les mots clefs seront ce qui détermine votre visibilité sur le réseau social.

    Exemples :

    • Vendeur représentant placier en matériel pour meunier
    • Expert comptable pour petites et moyennes entreprises
    • Spécialiste webmarketing appliqué aux start-up en démarrage dans la région de Montréal
    • etc.
    1. Postez une photo accrocheuse

    L’apparence est importante sur Linkedin, mettez absolument une photo de profil, certains recruteurs ne se donnent même pas la peine de regarder les profils sans photo. Une émission américaine de télé-achat a démontré que 19% des recruteurs ne faisaient que regarder la photo. De plus votre photo doit être professionnelle, mais pas trop sérieuse, vous êtes là pour montrer votre personnalité également !

    1. Créez un résumé qui vous ressemble

    Ce que nous vous conseillons, c’est de rendre votre résumé comme un story-telling. C’est a dire romancer un peu votre parcours. Montrez que chaque expérience professionnelle et formation ont une suite logique et que tout cela vous amène à postuler pour ce job ou voilà pourquoi votre entreprise vend tel service. De plus, écrivez à la première personne du singulier, cela est plus direct et plus personnel.

    1. Utilisez les multimédias mis à votre disposition

    Linkedin vous offre la possibilité d’ajouter des vidéos, des photos et des liens pour votre résumé, vos expériences professionnelles ou vos formations, alors n’attendez plus ! C’est le meilleur moyen d’illustrer et de rendre vos informations attractives et suscitant l’intérêt. Vous pourrez y insérer un lien URL pour votre mémoire de stage ou de votre thèse de fin d’études, les articles que vous avez publiés, les photos de vos diplômes, des vidéos d’oraux de concours gagnés, des projets que vous avez réalisés, etc. Le but d’un profil Linkedin est d’insérer toutes les informations pertinentes qui montrent vos capacités et qui vous différencient, alors n’essayez surtout pas de recréer votre CV classique.

    1. Créez une page entreprise

    Tout d’abord, informez vos employés si vous en avez, et le logo de votre entreprise s’affichera dans la rubrique “expérience professionnelle” de ceux-ci. Informez vos clients, en les invitant à se joindre à la page Linkedin. Grâce à cela vous obtiendrez une certaine visibilité. Le contenu est roi dans une page d’entreprise, alors misez tout sur la qualité des posts que vous publierez, quitte à avoir un seul post chaque semaine, plutôt que de publier tous les jours quelque chose qui n’attirera l’attention de personne et vous éloignera de votre cible. Si vous réussissez cela, vous aurez toutes les chances pour obtenir des suivis.

    1. Obtenez des recommandations

    Les recommandations vous concernant auront le rôle d’asseoir vos compétences, votre expertise et cela rassurera sur la fiabilité de votre profil. Vous pouvez les obtenir par vos anciens professeurs d’université, collègues de travail ou ancien employeur en leur faisait simplement la demande. Obtenir 10 recommandations serait l’idéal pour votre profil.

    1. Changez votre page en multilangues

    Vous avez des potentiels clients à l’étranger, vous aspirez à une carrière à l’international ? Une fonctionnalité sur Linkedin vous permet de changer votre profil en autant de langue que vous le souhaitez. Au lieu d’avoir un profil seulement en anglais ou un profil où vous alternez entre anglais et français, cette option vous sera très utile pour être compréhensible par tous à travers le monde. Si vous avez fait tout cela, une bulle à coté vous indiquera la force de votre profil selon les informations que vous y avez insérées. L’objectif serait d’avoir un niveau expert démontrant la qualité de votre page Linkedin.

    Quelles erreurs à éviter sur une page Linkedin ?

    1. Supprimer vos anciens emplois

    Dans un CV classique, vous choisissez les expériences professionnelles qui seront utiles pour le prochain poste dont vous aspirez. Sur Linkedin, pensez différemment. Même les emplois les plus simples, tel que caissier et vos jobs d’été, etc., peuvent montrer votre persévérance et votre capacité à rebondir. Vous ne savez pas quelles sont les qualités qu’un employeur ou qu’un client souhaite de vous. Alors, listez toutes vos expériences, vous serez sûrement surpris par les attentes de vos interlocuteurs.

    1. Attendre qu’on vous offre la bonne opportunité

    Beaucoup d’utilisateurs se créent un profil et ne font qu’attendre que quelqu’un vienne les contacter. Or, c’est le meilleur moyen pour tomber dans les oubliettes des profils Linkedin. Mettez à jour régulièrement votre profil, partagez et aimez les articles qui vous intéresse et inscrivez-vous à des groupes qui vous correspondent. Les groupes sont des communautés de profil partageant des caractéristiques générales ou travaillant dans des domaines équivalents ou complémentaires. Cela vous permettra d’échanger avec ceux-ci, d’obtenir de l’aide sur un domaine spécifique et peut-être d’étoffer votre réseau professionnel.

    1. Commettre des erreurs de grammaire et d’orthographe

    Là où se rejoignent un CV classique et votre page Linkedin, c’est l’expression. Bien que ce soit un réseau social, il est professionnel ; alors, ne le prenez surtout pas à la légère si vous vous inscrivez. Faire des fautes, cela peut arriver, mais ne pas se relire est intolérable dans la sphère professionnelle. Votre grammaire ainsi que votre orthographe doivent être irréprochable, il en va du sérieux de votre profil. Alors, n’ayez pas peur de demander à quelqu’un de votre famille ou un ami de vous relire. Pour ceux qui ont de grosses difficultés en orthographe, le logiciel payant Antidote sera votre meilleur ami pour cela.

    Inscrivez-vous même si vous êtes étudiant

    Vous êtes étudiants et vous avez l’ambition de devenir entrepreneur par la suite ? Il vous faudra donc sûrement des personnes ressources, des personnes sur qui vous pourriez demander une expertise. Cela passe donc par votre réseau, alors pour ne pas perdre contact, inscrivez-vous dès à présent, vos professeurs y sont sûrement déjà inscrits. Qui plus est, durant vos études vous aurez sûrement des stages à effectuer, un profil Linkedin sera un avantage indéniable par rapport aux autres étudiants. Pour finir quand vous mentionnez vos formations, vos universités ont généralement une page “école” sur Linkedin. Cela crée une communauté d’anciens étudiants et nous connaissons tous le poids des réseaux de parrainage et d’entraide entre étudiants d’une même université ou école de commerce.

Technologies de la gestion de PME

  • Les outils Google : indispensables pour les entrepreneurs et les travailleurs autonomes !

    Auteur: Kiwili
    Date de publication: 25 janvier 2018

    [Lire la suite]

    Dernièrement la société mère de Google, se nomme Alphabet, un changement de logo a vu également le jour. Le but ? Harmoniser les différents services proposés par Google, et ouvrir la voie à d’autres activités pour Alphabet.

    Les outils Google de communication :

    1)      Gmail :

    La messagerie électronique de Google a atteint tout récemment 1 milliard d’utilisateurs. Elle doit son succès, grâce à sa simplicité d’utilisation et son design agréable. Pour les petites entreprises et les entrepreneurs, vous pouvez vous créer une adresse professionnelle grâce à Gmail, et la lier avec votre adresse personnelle. Cela sera plus simple d’avoir un seul compte, vous n’avez plus qu’à basculer d’un compte à l’autre pour envoyer un courriel personnel. Une dernière fonctionnalité a été ajouté à Gmail, vous pouvez annuler l’envoi d’un courriel même après 10 secondes.

    Pour en savoir plus : Gmail.com

    2)      Hangouts :

    Google a repris le concept de Skype en l’associant avec Whatsapp en quelque sorte. Si vous avez un compte google avec Gmail, vous pouvez utiliser cette application. Elle permettra à tous les entrepreneurs de réaliser des visioconférences, communiquer avec ses clients et collègues. L’application n’est cependant pas très utilisée, la majeure partie des communications vidéos de font par Skype, Google doit travailler sur la connaissance de cette fonctionnalité, car elle est très performante et simple d’utilisation.

    Pour en savoir plus : Hangouts.com

    3)      Google + :

    Le réseau social de Google, est encore peu utilisé. Mais sachez bien qu’il est très utile pour le référencement naturel. Chaque publication postées sur le réseau, sera enregistrée par Google dans le moteur de recherche, donc faites bien attention à ce que vous publiez et comment vous les publiez. Les mots-clefs seront très importants dans ce cas.

    Pour en savoir plus : Google+.com

    4)       Agenda Google :

    Cher travailleur autonome, il est fini le temps du simple cahier-agenda que l’on oublie toujours au mauvais moment. L’agenda Google, vous permet d’avoir accès à celui-ci ou que vous soyez grâce une simple connexion sur votre compte Google. Vous pourrez y créer des événements, le partager avec vos collègues etc.

    Pour en savoir plus : AgendaGoogle.com

    5)       YouTube :

    Racheté par Google, YouTube est le maître incontesté de l’hébergement de vidéo en tout genre. Si vous êtes entrepreneur ou travailleur autonome et que vous souhaitez diffuser un Tutorial du logiciel ou de l’application que vous venez de sortir, YouTube vous sera très utile. Tout d’abord, car le site appartient à Google et donc permet le référencement sur le moteur de recherche beaucoup plus facilement, mais aussi, car YouTube est extrêmement populaire, les millions de vidéos sont diffusées chaque jour et certaines vidéos ont déjà atteint le milliard de vues.

    Pour en savoir plus : Youtube.com

    Les outils Google de stockage :

    1)       Google Drive :

    Voilà une fonctionnalité qui a changé mon quotidien. Nous avons tous la peur de perdre nos données, que notre ordinateur supprime nos dossiers sans que l’on le veuille ou qu’il cesse de fonctionner. Et bien Google a réfléchi et présente une fonctionnalité pour faire face à cette peur avec l’enregistrement de toutes ses données sur le Cloud. Photos, textes, vidéos, présentations sont enregistrés sur le cloud et deviennent accessibles sur n’importe quel ordinateur à travers le monde. Il vous suffira de vous connecter sur votre compte Google.

    Pour en savoir plus : GoogleDrive.com

    Les outils Google de collaboration :

    1)       Google Docs :

    Fonctionnant sur le même principe de rédaction de texte de Word, Google Docs est utilisable et enregistrable uniquement sur internet. Tout est enregistré dans votre Google Drive, très utile si vous êtes nomade entre votre bureau de travail, votre appartement, chez votre conjoint/conjointe etc.

    Pour en savoir plus : GoogleDocs

    2)       Google Sheet :

    Fonctionnant sur le même principe qu’Excel, avec toujours l’aspect ou vous ne pouvez l’utiliser que sur internet. Cela vous sera utile pour créer un tableau de mis à jour de vos actions etc., mais pour la gestion de votre entreprise et de votre comptabilité nous vous conseillons grandement Kiwili, la solution tout-en-un.

    Pour en savoir plus : GoogleSheet.com

    3)      Google Slide :

    Fonctionnant sur le même principe que PowerPoint, avec une utilisation exclusivement en ligne et enregistrable sur le cloud.

    Pour en savoir plus : GoogleSlide.com

    4)       Google Formulaire :

    Vous êtes entrepreneur ou travailleur autonome, vous souhaitez mettre en ligne un sondage d’opinion ou de satisfaction de vos clients actuels ? Vous souhaitez mettre en place un nouveau produit, mais avant vous voulez connaître les préoccupations de vos potentiels clients pour en déterminer les besoins ? Et bien Google formulaire, vous sera très utile. Vous pouvez créer une multitude de questions diffusables sur internet. Suite à cela l’analyse des réponses est simplifiée, avec la mise en place de schémas représentatifs des réponses.

    Pour en savoir plus : GoogleFormulaire.com

    5)       Google Sites :

    Google sites permet à chaque jeune entrepreneur, d’avoir un site internet pour sa petite entreprise sans s’arracher les cheveux avec la codification. Google a mis en place pour l’autoentrepreneur et le travailleur autonome un éditeur intuitif pour créer un site selon son envie et le plus rapidement possible.

    Pour en savoir plus : GoogleSites.com

    Les outils Google de promotion :

    1)       Google AdSense :

    Vous êtes propriétaire et dirigeant d’une petite entreprise, vous avez créé un blog d’entreprise. Votre logique est une création soutenue d’articles car du content marketing. Votre blog est populaire et vous souhaitez gagner de l’argent ? Google AdSense vous permet de sélectionner des publicités qui seront mises sur votre blog d’entreprise, vous pourrez choisir leur place, leur taille et la nature de la publicité bien entendu.

    Pour en savoir plus : Google AdSense

    2)       Google AdWords :

    Vous n’êtes pas satisfait du nombre de visites sur le site internet de votre petite entreprise ? Vous avez du mal à vous faire connaître ? Google AdWords, vous permet d’acheter un espace publicitaire, ou votre site internet sera mis dans les toutes premières recherches suite à l’écriture d’un mot clef. Vous achetez donc un espace selon les mots clefs qui se rapprochent au maximum de la mission de votre petite entreprise.

    Pour en savoir plus : GoogleAdWords.com

    3)       Goo.gl :

    Vous publiez des articles sur Twitter, cependant les liens vous prennent trop de caractères. Goo.gl vous permet de raccourcir votre lien URL sur le réseau social. Très utile pour tous les webmarketeurs !

    Pour en savoir plus : Goo.gl.com

    Les outils Google d’analyse :

    1)       Google Analytics :

    Votre site internet pourra être analysé grâce à Google Analytics. Chaque entrepreneur pourra connaître le nombre de vues uniques, de sessions, le temps passé sur une page. Mais également, le taux de rebond soit si le lecteur est allé visiter d’autres pages de votre blog, la conversion effective suite à la lecture d’un article de votre blog (soit si le lecteur s’est abonné à l’offre que vous lui avez présentée). Il sera enfin possible de savoir par quel moyen ils ont accédé à votre blog, si cela vient du référencement naturel ou plutôt par des sites partenaires ou encore les réseaux sociaux de votre entreprise.

    Pour en savoir plus : GoogleAnalytics.com

    2)       Google Trends :

    Avant de créer un article, vous devez connaitre sa popularité, et savoir s’il est très recherché dans l’endroit où vous avez votre clientèle cible. Et bien Google Trends ou Google tendance, vous indiquera le nombre de fois que tel ou tel mot a été rentré dans le moteur de recherche et également la situation géographique par pays où il est le plus populaire avec une évolution sur plusieurs mois.

    Pour en savoir plus : GoogleTrends.com

nos auteurs

Nathalie Méthot

Nathalie Méthot

Gestionnaire au bureau de recherche et de l’innovation - Collège La Cité

> En savoir davantage sur Nathalie Méthot
Jonathan Lelièvre

Jonathan Lelièvre

Entrepreneur et Spécialiste en psychologie du sport et de la performance

> En savoir davantage sur Jonathan Lelièvre